vendredi 20 juillet 2018

IL arrive....!

Il est toujours aussi beau, IL est toujours aussi rouge, 
Il ravira toujours autant un large public pour un moment festif de rencontres et d'échanges,
nous qui avons été à ses côtés depuis la première année,
nous sommes très heureux de vous annoncer la venue du
CAMION QUI LIVRE des éditions du LIVRE DE POCHE
Et pour fêter dignement son 5ème anniversaire,
voici le programme que nous vous avons concocté
avec la présence de Laure Manel, Nicolas Robin et Bernard Werber !


Prochaines dédicaces à ne pas manquer !

SAMEDI  21 JUILLET de 11h00 à 13h00 et de 15h00 à 18h00

Jeanne FAIVRE D'ARCIER



"Plusieurs SDF qui dormaient près du pont de Pierre se sont noyés dans la Garonne ces derniers jours. Ces nouvelles bouleversent la jeune Cornélia, qui s'est toujours demandée si sa mère, disparue une dizaine d'années plus tôt, n'a pas connu le même sort. En essayant d'en savoir plus, Cornélia et son frère Nicolas sympathisent avec Romain, seize ans, qui survit tant bien que mal en vendant ses croquis et ses portraits dans la rue. Lorsque le garçon disparaît à son tour, l'enquête de Cornélia et Nicolas les mène bien plus loin qu'ils l'avaient imaginé... au-delà même de la réalité.   
· Un roman riche en rebondissements qui répond à tous les codes du polar, le côté historique en plus · Un twist surnaturel pour les jeunes fans de paranormal · Des héros au grand cœur, prêts à aider leur prochain malgré les préjugés · Une aventure qui ne laissera pas indifférent"

LUNDI 23 JUILLET de 11h00 à 13h00

Catherine FAYE


"Décembre 2001. Lucien, onze ans, vient d'arriver à Buenos Aires avec sa mère. Dans une librairie, il est captivé par de mystérieuses petites boîtes jaunes. Dedans, de minuscules poupées. Selon une légende, si on leur confie ses soucis avant de s'endormir, le lendemain, ils se sont envolés. Le temps qu'il choisisse son attrape-souci, c'est sa mère qui s'est envolée. Disparue. Lucien part à sa recherche. Se perd. Au fil de ses errances, il fait des rencontres singulières. Cartonniers, prostituées, gamins des rues avec qui il se lie, un temps. Et grâce à qui, envers et contre tout, il se construit, apprend à grandir. Autrement. Rebaptisé Lucio par ses compagnons de route, cet enfant rêveur et déterminé incarne ce possible porte-bonheur que chacun a en soi."

Fugue romaine d’Edith DE LA HERONNIERE

Fugue romaine d’Edith DE LA HERONNIERE aux éditions Desclée de Brouwer, 17 euros.


Ce livre est la démonstration du comment, en moins de deux cent pages, traverser l’histoire de la ville éternelle, Rome ! 
Ce pari risqué est soutenu par une expérience personnelle riche en rencontres, en séjours prolongés initiés dans les années quatre-vingt et par une curiosité qui logiquement débouche sur une connaissance érudite de la ville. 

Edith de la Héronnière par son écriture qui dégage une forme décontractée, très italienne, dissimule sa connaissance profonde de Rome. Ainsi procède-t-elle par un télescopage régulier du présent avec le passé.

L’histoire de l’antiquité avec sa cohorte de personnages qui résonnent puissamment en chacun de nous, fait apparaître Néron, César, Trajan, les empereurs, Cicéron, Tite-Live, Martial, les penseurs, historiens et poètes. Ils surgissent pêle-mêle et garnissent le propos de Fugue romaine, ressuscités au détour d’une histoire bien particulière et conservés dans la mémoire des lieux. Le plus frappant des exemples est celui de la Maison dorée, Domus aurea, retrouvée lors d’un percement pour le futur métro. L’immense palais voulu par Néron a surgi après les assauts d’un bulldozer et ses peintures, de retour à l’air libre, ont disparu sous les yeux ébahis et catastrophés des archéologues. 

Rome, ville d’art à l’extrême, est renforcée par la présence du Vatican que sert trois fois par jour le tintement  des cloches de centaines d’églises parsemées dans la ville. 
Autres témoins de leur passage romain, Stendhal, Chateaubriand, Goethe, Zola, Yourcenar sont des repères qui ont jugé les beautés parfois irritantes de Rome. Mais c’est avec les Italiens que l’auteure converse le mieux. Ils l’aident à sortir des sentiers battus et l’emmènent vers des territoires préservés ou cachés. Ainsi peut-elle voir de l’autre côté des murs des villas silencieuses de l’Aventin, parcourir en paix le jardin botanique ou bénéficier d’une visite exclusive  de la fresque du Jugement dernier de Cavallini en l’église Santa Cecilia du Trastevere. 

A Martial, au Tasse, à Fellini à Cristina Campo, à Giordano Bruno à Carlo Levi et à bien d'autres encore, Edith de la Héronnière garde une place précieuse dans son livre. Ils sont présents aux côtés d'autres romains plus anonymes, de leurs insultes faciles et de leurs vespas.


Le charme de ce livre tient à ce vaste emprunt aux diverses facettes de Rome et, comme le début de cet article l’annonçait, il fallait une connaissance réelle de la ville alliée à celle plus instruite des arts littéraires, musicaux, picturaux et architecturaux pour réaliser cette œuvre touchante car personnelle et qui déploie dans la simplicité un immense savoir.

Congo 1905 le rapport Brazza


Congo 1905, le rapport Brazza de Tristan Thil et Vincent Bailly, éditions Futuropolis, 20 euros

En 1905, suite à la révélation d’exactions opérées par des administrateurs coloniaux au Congo, une commission française est envoyée là-bas pour enquêter sur ces méthodes. A sa tête un homme sage et honnête, Pierre Savorgnan de Brazza (fondateur de Brazzaville). Explorateur, il est chargé de lever le voile sur l’affaire « Gaud et Toqué », en prenant soin de ne pas mettre à mal la mission et la présence française au Congo.
Brazza est donc soumis aux tensions du pouvoir français, mais n’y cède pas. Il fait ses propres entretiens comme il l’entend, prend le temps d’observer et de réfléchir sur les méthodes douteuses qui s’avèrent, au fil de ses observations, contre toute éthique et inacceptables : les travailleurs dans les plantations de caoutchouc sont forcés et menacés, leur famille étant retenue en otage comme gage de leur efficacité.
Face à ce constat, Brazza rédige un rapport qui fait état de ces quatre mois pendant lesquels sa santé se sera dégradée à mesure de la découverte de ces abus. Il y laissera d’ailleurs sa vie quelques temps plus tard.
Le rapport est enfoui par la France, et finalement découvert en 2004 par l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch (à l’origine de nombreux travaux et ouvrages sur l’Afrique). Cette bande dessinée met en lumière la longue histoire de ce texte, et interroge une nouvelle fois la question de la Françafrique, avec intensité, et ce grâce à un dessin et un trait captivants.

Everything, Everything


Titre: Everything, Everything
Auteur: Nicola Yoon
Note: 7,5/10
Type de livre: Roman d’amour

Résumé: L’histoire d’une fille ayant une maladie rare lui interdisant de sortir hors de sa maison. Toute sa vie, elle a vécu avec sa mère médecin, et les seuls contacts qu’elle a eus au monde extérieur sont son infirmière Carla, qui vient la voir tous les jours, ainsi que son professeur d’architecture qui vient la voir en de rares occasions. Elle ne veut pas ce qu’elle ne peut avoir” jusqu’au jour où Olly déménage dans la maison en face de chez elle et que son monde soit bouleversé.
Opinion personnelle: Ce livre est facile à lire tout en donnant certaines informations médicales assez précises. Je ne suis pas médecin donc je ne peux pas dire si ce sont des informations relevantes ou non, mais elles me paraissent cohérentes et sont croyables dans ce livre. Je pense que le fait que l’histoire soit basée sur un amour quasi impossible est ce qui le rend si intéressant au début, mais que plus tard dans l’histoire on devient vraiment attaché à la narratrice (qui est aussi le personnage principale) et à son histoire. La fin pourrait être devinée car il y a certains indices, mais personnellement je ne les ai remarqués que la seconde fois que j’ai lu le livre. C’est un bon livre, rapide à lire, et pas trop gros ce qui le rend facile à prendre pour la plage, le train ou l’avion.
Citation: “Just because it’s the first time doesn’t make it less real, does it? Even the universe has a beginning”- juste parce que c’est la première fois ne le rends pas moins réel, n’est ce pas? Même l’univers a un commencement.

Joséphine

vendredi 13 juillet 2018

Prochaines dédicaces à ne pas manquer !

Mardi 17 Juillet de 11h00 à 13h00

GILBERT GALLERNE
lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2010
viendra pour son dernier polar paru cette année
"Quand le commissaire Lionel Jonzac se rend sur une scène de crime dans les catacombes, on ne peut pas dire qu'il soit dans les meilleures conditions. L'interpellation du Serbe a été un véritable fiasco... La victime, une jeune fille qui git à ses pieds, est salement mutilée. Quand en plus il reconnaît sa nièce, Jonzac n'a qu'un avant-goût de l'enfer qui l'attend..."

Vendredi 20 Juillet de 11h00 à 13h00 

FRANÇOIS FERBOS 
ancien policier d'investigation


"Un roman dont l’histoire se déroule sur le bassin d’Arcachon et où le commissaire Laffargue, en vacances, se retrouve malgré lui à résoudre des enquêtes de morts suspectes, entre deux parties de pêche… Un premier opus de la collection SO noir dont le ton, volontairement humoristique, donne également à voir certains enjeux des développements actuels et passés du Bassin d’Arcachon."

Revue Reliefs n°7


Reliefs n°7 "Rivages", Reliefs éditions, 19 euros

Les vacances sont le bon moment de changer de lectures, de points de vue, de multiplier les expériences de styles et de supports. Si vous êtes curieux, que vous aimez la science, la découverte et surtout la littérature, plongez dans le numéro 7 de l’excellente revue Reliefs consacré au thème des rivages.
Qu’est ce qu’un rivage ? Cette petite zone géographique située entre terre et mer donne lieu à de formidables questionnements scientifiques, environnementaux, mais aussi à des rêveries et à la création artistique.
C’est cette zone nourrissant l’intellect de tant d’hommes qui est exploitée sous toutes ces formes par la revue. On apprendra ainsi toute la richesse de nos littoraux, aussi bien par leur écosystème que leurs habitats. On se laissera aller au voyage avec un extrait de Robinson Crusoé. On lira également un excellent article sur la « littoralisation de nos sociétés » par Magali Reghezza-Zitt, une page sur la montée des océans et sur les espèces en voie de disparition.
La revue Reliefs c’est aussi, en dehors de ce dossier Rivages, des interviews de grands explorateurs d'aujourd’hui qui ont arpenté la planète à la recherche d’eux-mêmes, le retour en images sur des événements historiques liés au voyage, des interviews de ceux qui font bouger les limites et les frontières terrestres et symboliques.
L’occasion parfaite pour adopter des vacances à la mer responsables et réfléchies !

Raymond de Raymond POULIDOR, Jeff LEGRAND et Christophe GIRARD

Raymond de Raymond POULIDOR, Jeff LEGRAND et Christophe GIRARD aux éditions Mareuil, 19,90.

Nous, libraires, n’ignorons pas que les éditions Mareuil vouent un culte à Raymond Poulidor. 
Cette fois, la maison limousine s’est lancée dans un roman graphique de la vie de Raymond Poulidor. Mais, pour ceux qui souhaiteraient revivre, une énième fois, le coude à coude avec Jacques Anqueti au sommet du Puy-de-Dôme, il faut prévenir que l’histoire s’arrête aux débuts professionnels du coureur. 

L’originalité du projet tient donc à cette focalisation sur le petit Raymond. Celui tombé d’un arbre en cueillant des cerises à son tout jeune âge et qu’il fallu veiller, protéger et même prier afin qu’il survive. Mais le petit Raymond avait de la ressource et nous faisons plus ample connaissance avec sa force de caractère, son endurance, ses ambitions et son sens pointu des affaires.

Le vélo n’est d’ailleurs venu qu’en deuxième choix derrière celui de boxeur. Le drame de la disparition de Marcel Cerdan mettra fin à la carrière du petit Raymond qui n’aura de cesse de vouloir échapper à son destin fermier. Les premières courses se feront dans l’ombre de ses frères, surtout Henri, meilleur sprinter de la famille. Mais derrière cette irrésistible ascension de Raymond le cycliste se dessine une histoire provinciale, une histoire creusoise minée par la deuxième guerre mondiale et le massacre d’Oradour-sur-Glane. Les discours du Général de Gaulle et l’hébergement de maquisards ont marqué la mémoire de Raymond Poulidor. 

Bien conseillé par son frère, aidé par son premier vendeur de bicyclette, recruté par un ancien vainqueur du tour, Antonin Magne, Raymond commence à gagner des courses…

Mais ce dernier protecteur lui cachera, en vertu de ses talents de radiesthésiste, qu’il aura chaque année un mois néfaste à sa carrière, celui de juillet…  

Et..... BUT !


A deux jours de la finale de la coupe du monde 2018, nous ne résistons pas à vous proposer nos choix de libraires pour les plus jeunes, qui mettent à l’honneur le ballon rond. Il est en effet difficile de réaliser que dimanche soir, la compétition sera bel et bien terminée. Les ouvrages suivants aideront à faire durer le plaisir, et notamment à aborder le football avec humour et réflexion !

Foot-Mouton de Pablo Albo, éditions Didier Jeunesse, 13.10 euros

71 moutons, soit 2 équipes de 35 prêtes à en découdre sur le terrain ! Mais la partie n'est pas prête de commencer...








L'orange folle de foot de Yves Pinguilly, Sarang Seck, Florence Koening, éditions Tom Poche, 5.50 euros

Aujourd'hui, c'est jour de match à Conakry. Dans son village, Bangaly aimerait pouvoir regarder le match mais il n'y a pas de télévision à Balandou, et il n'y a pas de ballon non plus ! C'est alors que l'incroyable se produit : une orange, une belle orange toute ronde, roule jusqu'aux pieds de Bangaly ! Le voilà son ballon ! Bangaly va pouvoir improviser un match mémorable à travers la savane !



Rêve de foot de Paul Bakolo Ngoi, éditions Gallimard Jeunesse, 5 euros

Dans les rues de Kinshasa, la vie n'est pas facile. Obligé de voler pour manger, Bilia est emprisonné. Mais lors d'un match entre les jeunes détenus et les enfants du quartier, un journaliste remarque ce garçon au talent exceptionnel. Il lui propose de quitter l'Afrique pour tenter de faire carrière en Europe. C'est la chance de sa vie ! Une fabuleuse aventure humaine, ou quand le rêve devient réalité...




En pleine lucarne de Philippe Delerm, Folio junior, 6.40 euros

Une histoire forte et accessible sur le sport, la solidarité, la tolérance. Philippe Delerm, avec une finesse extrême, nous fait partager le quotidien et les interrogations des collégiens.








Qui sont les footballeurs?, de Philippe Jérôme et Elodie Perrotin,  éditions Ricochet, 12 euros

Le football est un sport d'équipe où chaque talent individuel peut s'épanouir. Un sport qui en quelques décennies a raflé les coeurs de millions de supporters, partout dans le monde ! Difficile même pour celui qui ne regarde pas le football de passer au travers du phénomène ! Né au milieu du XIX siècle en Angleterre, il se répand très vite dans le milieu ouvrier, puis s'exporte dans le monde grâce au commerce maritime... partout où les navires britanniques transitent, le football se répand ! Aujourd'hui, quand on parle football, on évoque quasi-systématiquement les salaires exorbitants, chaque année on assiste au transfert du siècle... Mais qu'en est-il exactement pour les joueurs ? Quelles sont leurs conditions de travail ? Sont-ils aussi libres que l'on pourrait le croire ? Une chose est sûre, tout au long de son histoire, le football a été marqué pour des joueurs d'exception : Bobby Charlton, Diego Maradona, le roi Pelé, Michel Platini, Zinedine Zidane, Ruud Gullit... Ils ont su trouver leur place sur et hors du terrain ! Comment ont-ils révolutionné le football ? Quelles innovations sur le terrain ? Comment ont-ils utilisé leur image pour servir leur engagement politique ?














vendredi 6 juillet 2018

Prochaines dédicaces à ne pas manquer !

SAMEDI 7 JUILLET de 11h00 à 13h00
MICHEL BOYE
Histoire d'Arcachon
éditions La Geste, 29.90 euros
"Lors des Journées du Patrimoine de septembre 2017, Arcachon a célébré ses 160 ans. C’est donc une histoire brève, depuis l’arrivée d’un ermite dalmate à nos jours, au regard du passé multiséculaire des autres communes du Pays de Buch, que le présent ouvrage s’attache à évoquer. Une histoire riche aussi par la beauté d’un site forestier que la mode des bains de mer et le chemin de fer ont métamorphosé en quelques décennies, par son patrimoine architectural, par ses acteurs et ses visiteurs, qualifi és naguère d’« étrangers de distinction ». Des recherches et des publications récentes nourrissent une connaissance renouvelée et approfondie des origines de la commune, créée par décret impérial le 2 mai 1857, et de son implication dans le développement économique du Bassin d’Arcachon, avec la naissance de l’ostréiculture et de la pêche industrielle. Ce livre retrace la lente urbanisation, le « divorce » avec la commune mère de La Teste-de-Buch, les querelles intestines qui débouchèrent sur la création du canton arcachonnais (aujourd’hui effacé), le statut régulièrement affi rmé d’une station balnéaire « capitale » administrative du Bassin. Si les heures sombres ne sont pas gommées, sont surtout soulignés le prestige et le rayonnement culturel d’Arcachon, du Second Empire à aujourd’hui, d’Arcachon « ville de santé », avec la Ville d’hiver à Arcachon du XXIe siècle, ville touristique s’il en est. Collectionneurs privés, photographes d’hier et d’aujourd’hui, archives et services de documentation municipaux ont contribué à rassembler une iconographie aussi riche que possible, pour illustrer chaque chapitre de cette Histoire d’Arcachon."
MERCREDI 11 JUILLET de 11h00 à 13h00
BERTRAND DUMESTE 
Meurtres sur le Bassin,
éditions La Geste, 13.90 euros
"Deux cabanes partent en fumée sur le port ostréicole de La Teste-de-Buch. Un cadavre calciné est découvert dans les décombres. Sans doute s'agit-il de l'ostréiculteur qui en possédait la concession : un homme autant respecté que redouté sur le port. La victime idéale d'un règlement de comptes ? Pour Pio Wojceikowski, lieutenant du SRPJ de Bordeaux et ancienne gloire du rugby testerin, l'affaire ne paraît pas si simple. Entre témoins trop intrusifs, ostréiculteurs peu bavards, industriels peu soucieux de l'environnement, notables intouchables et personnages surgis d'un passé que l'on voudrait oublier, le policier (re)découvrira que le Bassin d'Arcachon est un microcosme qui obéit à ses propres règles."