samedi 24 juin 2017

Avec le Bassin pour décor

Il y avait longtemps que l’envie nous tenait de partir sur l’eau accompagnés d’auteurs et d’entendre leur voix avec le Bassin d’Arcachon pour décor. 

 (Michel Jullien lisant Denise au Ventoux publié aux éditions Verdier. © MrRoudoudou.com )

Trois ans pour aboutir à cela dans un accord parfait avec notre consœur bordelaise La Machine à Lire : une équipée marine sur des pinasses fendant les flots sous un soleil radieux.


                                  (Deux des trois pinasses sur lesquelles nous étions embarqués. © MrRoudoudou.com


Ces pinasses réunies par Michel Dabadie, notre indispensable guide, ont accueilli à leur bord, des libraires, éditeurs, directeurs de salon du livre et autres responsables du monde culturel qui ont bien voulu participer à l’élaboration du projet et qui pourraient nous aider à l’avenir dans la direction que nous souhaitons prendre. 


                (Mathieu Riboulet lisant Entre les deux il n'y a rien publié aux éditions Verdier. © MrRoudoudou.com  )

L’exercice, bien sûr, ne cachait pas ses intentions : reproduire l'évènement dans un contexte public. 


        (Michel Jullien face à son public. © MrRoudoudou.com  )

Cependant, nous avons préféré tester notre affaire, l’éprouver pour mieux comprendre ce que nous voulions.

                                 (Michel Jullien © MrRoudoudou.com  )

 Nous avons choisi de vous en montrer quelques images que nous espérons très fort à l’avenir partager avec vous.

Entre eux de Richard FORD

Entre eux de Richard FORD aux éditions de l’Olivier, 19,50 euros.

Il est toujours difficile d’imaginer ce que nos parents ont vécus avant que nous soyons nés. Leur rencontre, par exemple, nous est totalement étrangère. 
Richard Ford avait écrit, il y a plus de vingt ans, un récit sur sa mère que l’on retrouve à la suite de  celui  consacré cette fois en grande partie à son père.

Richard Ford est désormais bien plus âgé que son père qui décéda à l’aube des années soixante suite à des problèmes cardiaques. On ressent à quel point ce père mort, alors que l’auteur d’Entre eux avait seize ans, a considérablement pesé sur la vie de ce dernier. Les certitudes quant au bonheur vécu sur les routes de l’Arkansas, du Mississippi, de La Louisiane et du Missouri,  s’amenuisent au fil des pages mais demeurent néanmoins l’éclat le plus vif de la saga amoureuse entre Parker Ford et sa femme Edna. 
Parker Ford sillonna les routes du sud de l’Amérique en compagnie d’Edna du début des années trente jusqu’au milieu des années quarante.

A la naissance de Richard, il poursuivit seul son métier de représentant de commerce avec, comme sa femme, la nostalgie de ses heures passées sur les routes américaines. Edna l’attendant dans leur voiture lorsqu’il démarchait ses clients. Ils s’aimaient, leur vie était simple et la surprise provoquée par la venue de leur enfant  Richard marqua la fin de cette vie bohème qu’ils appréciaient tant.

C’est avec une simplicité somme toute désarmante et un regard prodigieusement aigu que Richard Ford détricote son enfance, celle où son père lui apparut comme une figure insaisissable qu’il rattachait immédiatement à la joie de vivre et à la bonne humeur. L’incident cardiaque, qui l’alertera douze ans avant que sa mort survienne, altérera peu à peu cette confiance et ce bonheur très américain engrangé par la famille Ford.

La mort de cet homme viscéralement attaché au foyer familial ne pouvait qu’engendrer un   déséquilibre immense. Richard Ford, en consultant ce passé, se tient sur la crête des sentiments les plus sensibles. Cependant l’écrivain prend le dessus, les nuances qu’il apporte servent d’appui sociologique sur une Amérique alors fragile et peu sûre d’elle. La victoire de 1945 changera la donne.

Une mission posthume, une aventure certaine

Sept, Tome 1 : Entre ciel et terre, par Eric Walters, chez Fleurus, 15,90€

Alors que leur grand-père vient de décéder, les sept petits-fils de David McLean sont priés d'assister à la lecture du testament, et ce malgré leur manque d'enthousiasme évident. C'est à ce moment que le notaire va leur présenter une vidéo de David, vidéo dans laquelle il leur explique un projet un peu particulier...
Pour rendre hommage à leur grand-père, chaque garçon doit remplir une tâche ou résoudre une énigme préalablement conçue et préparée par leur aïeul. 

Dans ce premier tome, nous partons avec DJ, un des jumeaux... pour escalader le Kilimandjaro ! Les cendres de David, selon sa volonté, ont été cachées dans une canne, et DJ a pour objectif de les répandre sur le toit du monde. Seulement atteindre le sommet ne sera pas aussi simple qu'il se ne l'imaginait, d'autant que parmi tous ceux qui en tentent l'ascension, peu y parviennent réellement... 
Pour accomplir cette mission, il n'aura en sa possession que trois lettres, et disposera de quelques appuis sur place, appuis qu'il lui faudra avant tout trouver en arrivant à l'aéroport. Bien plus encore, il lui faudra travailler sur lui-même : jeune, sportif, mais bien trop sûr de lui, il va devoir apprendre à ne pas s'entêter sans cesse et, surtout, intégrer (malgré lui) la notion de polepole, qui signifie "lentement, doucement", une notion bien mal maîtrisée par notre fougueux adolescent.

Entre aventure, secrets de famille et voyages initiatiques, embarquez tour à tour avec les sept petit-fils de David McLean !
Une série à plusieurs mains (un auteur par livre) à découvrir dans l'ordre désiré, puisque chaque garçon mène sa propre aventure.  

 (Arbre généalogique et missions de chacun)

Les SCHTROUMPFS et le village des filles

 Les SCHTROUMPFS et le village des filles aux éditions Le Lombard, 10,95 euros.

Quatre histoires : les SCHTROUMPFS découvrent un village peuplés de filles SCHTROUPMHS. 

Le dessin, tout en étant conforme à la « griffe PEYO », ose décliner une palette de couleurs nouvelles : des roses et des verts contrastés qui ajoutent relief et profondeur au décor habituel.

PEYO : Pierre CULLIFORD, né en 1928 en Belgique, mort en 1992. Avec JOHAN et PIRLOUI, il entre en 1950 dans le journal SPIROU. En 1958 dans La flute à six trous, il crée des petits lutin bleus qu’il nomme les SCHTROUMPFS. Ils supplanteront rapidement JOHAN et PIRLOUI au point qu’il abandonnera ces derniers.

L’équipe PEYO est composé de 3 scénaristes et 6 dessinateurs. Les enfants de PEYO continuent de gérer les œuvres qu’il a créées. Seule la signature de PEYO figure sur les albums. Comme Walt DISNEY, il est devenu une marque.


GABRY

Salon du livre Les mots en liberté


3ème Salon du Livre
consacré exclusivement aux auteurs autoédités

Maison des Arts de Gujan-Mestras
Entrée libre
SAMEDI 24 JUIN de 14h00 à 19h00
DIMANCHE 25 JUIN de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Organisé par A4PM, association gujanaise d'aide à l'autoédition, cet événement promet de belles rencontres autour du livre, tous genres confondus: autobiographie, essai, généalogie, photographie, poésie, policier, récit, roman. 
31 auteurs seront présents pour discuter avec le public et dédicacer leurs livres.
La peinture sera également à l'honneur avec une exposition des toiles des auteurs-adhérents de l'association.

Ces journées seront également l'occasion de la remise du prix du Concours des Lycéens Ecrivains
 que nous avons plaisir à soutenir.

samedi 17 juin 2017

Pomme Z de Ginevra BOMPIANI

Pomme Z de Ginevra Bompiani aux éditions Liana Levi, 14 euros.

Assurément Ginevra Bompiani ne peut être connue en France comme elle l'est en Italie. Pourtant de nombreux livres ont été traduits jusqu’à ce dernier porteur de souvenirs écrits comme un retour possible grâce une touche magique du clavier de l'ordinateur, la touche Pomme Z, qui renverrait magiquement à des endroits spéciaux de la vie, ceux que l'on craindrait d'avoir oubliés et même perdus. 

Ginevra Bompiani fut l’héritière d’une maison d’édition italienne de renom dont elle assura la relève avant qu'elle ne soit vendue. Peu importe, sa vie, d’emblée, fut baignée par la littérature. Elle fut, entre autre, traductrice, enseignante et écrivain. 
Curieusement, le premier souvenir articulé par la touche Pomme Z  relate   une expédition humanitaire menée au cours de la guerre en ex-Yougoslavie. Genevria Bompiani s’engagea avec culot, reconnait-elle, à bord d’une camionnette avec chauffeur pour acheminer des vivres  à des femmes  musulmanes qui survécurent au massacre dit de Srebenica. 
Cet épisode, palpitant à maints égards, rapporté comme un road-movie avec ses doses d'inconscience, fut surtout un incontrôlable besoin de servir. Il fait écho aux préoccupations toujours actuelles des réfugiés, quels qu’ils soient.

Cette magnifique ouverture à l'instar des portraits qui vont constituer le corps du livre, place l'auteur dans une position d'observation. Elle eut effectivement l'insigne privilège d'avoir côtoyé quelques uns des plus grands noms de la littérature européenne. Ginevra Bompiani les aborde par le versant familier de leur personnalité. 
Ainsi nous fréquentons comme s'il était un de nos proches, "pépé" Bergamin, attachant personnage, poète facétieux et même turbulent nanti d'une très grande force de séduction. Il en va de même pour Georgio Manganelli capable également de la pire des impolitesses. de Gilles Deleuze, dont Ginevra Bompiani se garde bien de nous en révéler le nom pour mieux nous en montrer, au final, l'être absolument exquis qu'il était. L'incroyable malchance d'Ingeborg Bachmann et la beauté déchue d'Elsa Morante complète à leur façon cette liste fascinante de fortes personnalités.


La découverte de ses innombrables souvenirs qui esquissent en creux la personnalité de l’auteur (née en 1939), est porteuse d'un esprit éclairé dont l’Italie, l’Angleterre et la France sont les points cardinaux. Ils nous sont infiniment précieux. 

La curiosité est un beau défaut !

Je compte tout, par Raphaël Martin, Justine de Lagausie et L'Atelier Cartographik, aux éditions De La Martinière Jeunesse, 13,90€

Envie de briller dans la cour de récréation ? Ou d'étaler tes larges connaissances ? Ce documentaire est fait pour toi, jeune Padawan !

Avec cet ouvrage aussi ludique que savant, les jeunes et moins jeunes pourront rivaliser et compter chaque petit détail du monde ! Au travers d'une trentaine de double pages thématiques, des chiffres clés offrent des découvertes surprenantes. Qui saurait dire, de tête, combien de marches composent le prestigieux escalier du Festival de Cannes ? Ou encore combien de pétales possède une rose, combien d’œufs peut porter une crevette sous son ventre, combien de muscles permettent au corps humain de se mouvoir, combien de fenêtres compte le château de Versailles, combien de voitures circulent dans le monde... Tant de questions qui sauront aiguiser la curiosité de toute la famille, voire même d'animer un bel instant "Quiz" !
De nombreux thèmes sont abordés : nature, corps humain, astronomie, vie quotidienne, monuments... Pour aller plus loin, quelques lignes viennent compléter les dessins de L'Atelier Cartographik, apportant ainsi quelques informations complémentaires sur les nombres avancés dans le documentaire. 

Curiosité, connaissances, découvertes... un beau cocktail pour passer un agréable moment en famille, entre amis... ou tout simplement pour s'immerger dans une bulle de savoir quelques instants.

Les chevaliers d'Heliopolis de JODORWSKY & JEREMY

Les chevaliers d'Heliopolis 1 - Nigredo, l'oeuvre au noir de JODORWSKY & JEREMY, aux éditions Glénat, 14.50 euros.

XVIIIème siècle : dans un monastère se dissimule le temple sacré des chevaliers d'Héliopolis, des alchimistes immortels coupés du monde. Alors que le disciple "Dix-xept" s'apprête à intégrer l'ordre, son maître dévoile aux autres le terrible secret de ses origines. "Dix-sept" est, en réalité, le fils caché de Louis XVI et de Marie-Antoinette.

L'Histoire nous dit que Louis XVI mourut à l'âge de 10 ans dans les geôles de la prison du Temple. Jodorowski a réécrit ce destin romanesque avec brio. Le dessin sombre de Jeremy contribue à créer une atmosphère mystérieuse mêlant Alchimie et Histoire.

Une grande fable ésotérique qui va vous enthousiasmer!

 GABRY

samedi 10 juin 2017

Dédicace de Frédéric Ruault Samedi 17 Juin

Samedi 17 Juin de 11h00 à 12h00
la librairie est heureuse d'accueillir
l'un des talentueux photographes du Bassin d'Arcachon

FREDERIC RUAULT

à l'occasion de la parution de son livre édité à La Geste

LE BASSIN


"Enfant du pays, Frédéric Ruault a toujours été inspiré par la beauté et la diversité du Bassin d'Arcachon. Spécialiste de la photographie de paysage depuis presque 20 ans, il a obtenu en 2012 le 2ème prix européen de photographie section "Paysage" avec un cliché d'orage représentant la plage de la Salie Sud. Ce livre est conçu comme Arcachon au rythme des saisons: partez avec lui à pied, en bateau ou en avion et laissez-vous guider au gré des ciels bleus, des mers déchaînées, des calmes soirées de printemps et des orages d'été."

Les doutes d'Avraham de Dror MISHANI.

Les doutes d’Avraham de Dror MISHANI aux éditions du Seuil, 20 euros.

Le commissaire Avraham est chargé d’élucider un meurtre. Il est responsable de l’enquête qui se déroule sous ses ordres. Ses intuitions les plus intimes peuvent déboucher sur l’arrestation du meurtrier en l’occurrence un homme qui se fait passer pour un policier. 

Cet enjeu primordial parcourt tout le livre de cet auteur dont nous avons eu déjà deux livres traduits qui révélaient l'attachante personnalité d’Avraham.
L'autre point de vue du roman appartient à Maly, une femme inquiète quant à l'attitude changeante de son mari. Cet homme doux au préalable cache son affliction de ne pas obtenir le travail qu'il souhaite. La communication ou non-communication de ce couple est l'autre point fort du livre. Maly, complexe quant aux sentiments qui la traversent, est un personnage troublant et magnifique qui tient en haleine lors de chacune de ses décisions.

Pour clore l'imbroglio psychologique qui suscite tout l'intérêt de ce roman, il reste à découvrir la femme d’Avraham qui suit avec intérêt tout ce qui est relatif au travail de son mari. Comment faire autrement puisqu’elle a choisi de le rejoindre à Tel-Aviv où elle ne connait personne sinon lui ? D’ailleurs la venue de ses parents depuis Bruxelles advient au mauvais moment pour Avraham puisqu’il va s’agir d’accueillir des gens qui ne comprennent pas que leur fille ait pu quitter Bruxelles pour Israël.

Avraham est également dans un doute persistant quant à l’identité de celui qui a violenté jusqu’à la mort une femme qui auparavant avait déposé une plainte pour viol. Comment un homme (déguisé en policier) peut-il s’enquérir de l’état dans lequel se trouve une femme après un tel traumatisme et venir poser à la victime des questions très précises sur les conditions dans lesquelles s'est déroulé le crime ?

Les doutes d’Abraham est enfin une passionnante immersion dans le minutieux travail de policiers enquêteurs. On décèle à la perfection tout ce qui œuvre dans l’analyse d’un soupçon, dans l’ébauche d’un scénario criminel et dans sa reconstitution. L’écriture de Dror Mishani participe amplement à ce foisonnement d’interrogations et d’introspections qui touche autant au travail de ses propres collègues qu’à l’étude du comportement des différents protagonistes de l’affaire.  C’est avec de tels livres que le roman policier donne d'aussi bonnes nouvelles sur sa santé et d'autres beaucoup moins bonnes sur la société, cette fois-ci, israélienne. 

* La violence en embuscade, Points Seuil et Une inquiétante disparition, Points Seuil.